Clair-obscur et sfumato en digital painting, les influences de Léonard de Vinci et du Caravagisme

 

Manfredi et Huang

 

Du traditionnel au numérique, si les techniques liées au matériel changent, les notions artistiques qui régissent les œuvres restent globalement les mêmes. C’est de ces notions que nous allons traiter dans cet article, plus particulièrement du sfumato de Léonard de Vinci et du clair-obscur de Caravage, réintégrées avec talent dans les peintures numériques de Ruan Jia et Guangjian Huang.

Retrouvez d’autres infos sur ma page FB: https://www.facebook.com/DigitalArtMathieuSeddas/

Clair-obscur, ténébrisme et caravagisme

Le clair-obscur est un procédé reconnu dès le Renaissance qui consiste à mettre en lumière un sujet, ou une partie de ce sujet, sur un fond sombre. En digital painting on peut souvent lire, quand il s’agit de poser ses valeurs, d’avoir 15% de tons clairs, 25% de tons sombres (ou inversement tons clairs/sombres) et 60% de tons moyens, pour équilibrer l’image.

Caravage (1571 – 1610) en fait sa spécialité, passant rapidement de tons clairs à des tons sombres presque sans transition. L’obscurité y est fortement présente pour mieux contraster avec un sujet sous la lumière divine, on parle aussi de ténébrisme.

Plusieurs peintres adopteront ce style comme Bartolomeo Manfredi qui fut un disciple de Caravage, ou encore Rembrandt.

Disciple Rembrandt et Huang

Certains artistes numériques utilisent le clair-obscur, tout en y ajoutant leur style et leurs propres influences. A titre d’exemple, à gauche nous avons une peinture maladroitement attribuée à Rembrandt (en fait il s’agirait plutôt d’un disciple d’après les spécialistes, mais peu importe, c’est quand même un bon exemple de caravagisme) et à droite une œuvre de Guangjian Huang.

Le sfumato, de Léonard de Vinci à Ruan Jia

vinci et Jia

Le sfumato est une technique qui permet de rendre des contours imprécis donnant un effet vaporeux. Léonard de Vinci est le premier à l’avoir théorisée et pratiquée avec la technique du glacis. Un procédé qui s’oppose à des contours nets.

En numérique Ruan Jia est passé maître non seulement dans le clair-obscur mais aussi dans le sfumato, qu’il utilise de manière moins accentué, conférant aux visages de ses personnages quelque chose d’irréel et de fantastique.

Il est à préciser que le Sfumato est une notion différente de la perspective atmosphérique, celle-ci s’intéresse moins aux contours qu’à la gradation des teintes en fonction de la teinte du ciel (théorisé également par Vinci pour les paysage, en digital painting on retrouve souvent ce procédé également pour des personnages et donner plus de profondeur).

Redécouvrir la peinture du passé

Nombreuses sont les influences, les grands maîtres de la peinture numérique se replongent souvent dans les tableaux des grands maîtres de l’histoire. Craig Mullins qui est l’un des pionniers du Digital Painting a su influer dans ses peintures l’esprit de l’impressionnisme du 19e siècle, tout en y apportant son style. 

A nous maintenant de nous réapproprier ces savoirs.

Diapo 1

 

 

Chiaroscuro and sfumato in digital painting, Leonardo da Vinci and influences of Caravaggism

 

Chiaroscuro, Caravaggio and tenebrism
Chiaroscuro is a process recognized from the Renaissance is to highlight a topic, or part of it, on a dark background.
Caravaggio (1571 – 1610) made it his specialty, rapidly from light colors to dark colors almost without transition. The darkness is strongly present to better contrast with a subject in the divine light, also known as tenebrism.

Several painters adopt this style as Bartolomeo Manfredi, who was a follower of Caravaggio or Rembrandt.
Some digital artists use chiaroscuro, while adding their own style and influences. For example, on the left we have a clumsily attributed to Rembrandt painting (in fact he would rather be a disciple according to specialists, but regardless, it’s still a good example of Caravaggio) and right Guangjian a work of Huang.
Sfumato, from Léonard da Vinci to Ruan Jia
Sfumato is a technique used to render imprecise giving a dreamy effect. Leonardo was the first to have theorized and practiced with the glazing technique. A process that opposes sharp contours.
In digital Ruan Jia is a master not only in the chiaroscuro but in the sfumato, so it uses less pronounced, giving the faces of his characters something unreal and fantastic.
Rediscovering painting of the past
There are many influences, the great masters of the digital painting is often relapse into the tables of the great masters of history.
For us now to reclaim this knowledge.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s